vendredi 23 août 2013

Tout sous-entendu devient à terme un malentendu.

Paroles entendues lors d'une formation. On pourrait en faire un proverbe je pense, tellement la formulation est simple, symétrique et semble énoncer une vérité.

Le sous-entendu est paradoxale, il peut apporter confiance et bien être : l'impression d'être compris à demi-mot, par sous-entendu donne le sentiment de ne plus être seule (est ce une illusion? après tout, si la communication est réellement à demi-mot, ce n'en est pas complètement une..), de partage, de compréhension. Quoi de plus agréable que de sentir compris avant même de s'être compris soi-même, ou d'avoir exprimé quoi que ce soit. On a envie d'être compris sans s'exprimer : qui n'a pas envie de voir son entourage penser à son anniversaire sans qu'on ait à le rappeler? :)
Pour ces raisons là, on cultivera l'ellipse, le sous-entendu, on en jouera... plus on aura l'impression de se comprendre sans s'exprimer, moins on sera tenté de s'exprimer.

Seul petit problème, les choses absolument positives sont rares (existent elles?) : chaque médaille à son revers, chaque élément positif à son pendant négatif, qui le suit comme une ombre : la perte du bien positif est déjà négative. Le sous-entendu n'y échappe pas. La compréhension sous-entendue ne peut être parfaite (déjà que la communication explicite ne l'est pas, ça serait miraculeux que le silence le soi). Moins on en dira, plus on laissera de place à l'autre pour se faire des idées, et l'autre finira par se convaincre des signaux qu'il perçoit : on reste rarement sans opinion, la nature a horreur du vide, l'esprit et le jugement aussi je pense...
Et du coup, ça débouchera naturellement, nécessairement (suis je désabusé?) sur un malentendu : l'autre se sera fait une idée sur la base de ce qu'il percevra, sur son expérience, il croira nous comprendre, nous croirons qu'il nous comprend, les deux auront tord et seront déçus.

L'utilisation du sous-entendu est donc une sorte de pari : il peut nous apporter du positif un temps, ou du négatif. La vie est elle un jeu, ou faut il la prendre comme un jeu et parier? Il faut surtout travailler à profiter du positif et à relativiser et oublier rapidement le négatif. Savourer ce que le sous-entendu, ou tout autre forme de pari, nous apporte, et passer rapidement sur les malentendus qui en découlent. Facile à dire comme bien souvent, mais le dire, c'est déjà éviter le sous-entendu ;)

Il y aurait bien l'autre approche consistant à fuir les sous-entendus, pour éviter les déceptions (on revient à une certaine forme de bonheur qui consiste à éviter les malheurs, à fuir les désirs...) : dans ce cas ça serait aussi se priver d'une forme de magie de la vie je trouve. Il n'y a qu'à repenser à mon exemple de l'anniversaire...

Reste quoi alors : la conscience et le choix. La conscience de ce qu'apporte le sous-entendu, et le choix de l'utiliser ou non... en connaissances de cause, pour peu qu'on puisse connaître quelque chose :)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire